CROA du 15 mars 2017

 

Alors que je travaillais sur Roissy, j'ai reçu une invitation de REPERES indiquant que le club était ouvert pour ses adhérents afin d'observer dans la soirée et par ce temps radieux. En effet, le ciel est resté ensoleillé toute la journée avec des températures atteignant les 20°C. Mais je ne me sentais pas le courage de faire 100 km de plus après ma journée de travail. Comme à mon habitude, j'ai donc lancé une invitation de sortie sur notre groupe de discussion Andromède. Les réponses étant nombreuses et enthousiastes, je fixais un rendez-vous entre 20h et 20h30.

 

Le site d'observation choisi hier soir est sur les hauteurs du village de Giraumont au sud du Domaine de Rimberlieu. Coordonnées: N49.476230 - E002.819997. C'est une plateforme pour betteraves que l'on peut atteindre sans problème en voiture, la route étant carrossée jusqu'au bout. Là-haut, l'horizon est dégagé sur 360° et les seules lumières visibles sont assez lointaines. Elles sont plus visibles en hiver qu'en été. L'été les arbres ont des feuilles et masquent les petits éclairages visibles l'hiver.

 

J'avais imprimé une liste d'objets notables à observer en mars que j'avais sélectionnés dans le livre de Jean-Raphaël Gilis «J'observe le ciel profond».

 

J'arrivais sur le site vers 20h10. Il faisait encore dans les 15°C. Jacques était déjà là depuis 20 mn. Son télescope était déjà prêt à observer. Après les salutations d'usages, nous avons lancé notre conversation sur l'astronomie en générale et sur les oculaires en particulier. J'ai évoqué mon TS XWA 9mm en 2 pouces et Jacques a voulu l'essayer. Catastrophe! L'image était complètement noir. Jacques ne voyait rien! Mon oculaire n'était-il pas adapté à son Schmidt-Cassegrain? Ah! Ah! Non. Jacques avait juste oublié de retirer le bouchon du tube, ouf. Ah! Ah! Sans rancune Jacques, j'avais promis que je la rapporterais celle-là.

 

Après la mise en station des télescopes, je commençais par sortir ma liste. Le premier objet était: NGC 27759 h 10,3 + 7°02' – Magnitude: 10,3 - Galaxie spirale située dans le Cancer à 55,5 millions d'années lumières et de la taille de 75.000 AL. L'objet étant encore très bas sur l'horizon, je le devine plus que je ne le vois. C'est une petite tâche qui apparaît en vision périphérique.

 

Ensuite je passe à: NGC 311510 h 05,2 -7°43' – Magnitude: 9,2 - Galaxie du fuseau (lenticulaire) dans le Sextant à 33,7 millions AL. Un peu plus lumineuse, je la repère difficilement avec le LET 28 mm. Je passe avec le 9 mm. Elle est orientée à l'horizontal dans l'oculaire, il faut utiliser la vision périphérique pour en profiter un peu plus. C'est très ténue et elle aussi est encore basse sur l'horizon. On est gênés par la luminosité ambiante. Dans ces conditions, elle est un peu toute seule, il n'y a rien autour.

 

Passons à NGC 324210 h 24,8 -18°38' - Magnitude: 7,0 - Le fantôme de Jupiter (nébuleuse planétaire) dans l'Hydre à 2000 AL. Encore très basse sur l'horizon à cette heure elle est noyée dans la luminosité ambiante. Je reviendrai plus tard.

 

Après j'avais sélectionné: NGC 436112 h 24,5 -18°48' - Magnitude: 10,8 - Nébuleuse planétaire dans le Corbeau à 2890 AL.

 

M 6812 h 39,5 -26°45' - Magnitude: 8,2 - Amas globulaire dans l'Hydre à 33.000 AL sa taille est de 140 AL.

 

M 8313 h 37,0 -29°52' - Magnitude: 8,2 - Galaxie spirale dans l'Hydre à 14,9 millions d'AL.

 

M 10412 h 40,0 -11°37' - Magnitude: 8,3 - Galaxie du Sombrero (type elliptique) dans la Vierge à 28 millions d'AL et qui fait 50.000 AL.

 

NGC 469912 h 49,0 -8°40' - Magnitude: 9,6 - Galaxie spirale barrée dans la Vierge à 55 millions d'AL et longue de 60.000 AL.

 

NGC 563414 h 29,6 -5°59' - Magnitude: 9,6 - Amas globulaire dans la Vierge à 82.000 AL.

 

Mais tous ces objets étaient soit sous l'horizon soit avec une magnitude trop faible pour être déjà observables. Alors, je mets le cap vers les Pléiades que Jacques observe déjà. Entre-temps, Dominique nous a rejointe. Elle nous fait profiter de sa connaissance du ciel à l'oeil nu et nous fait la lecture de quelques articles intéressants. Nous lui faisons un cours sur le calcul des champs réels en fonction du champ apparent de l'oculaire et du grossissement. Tout le monde y trouve son compte.

 

Pour le plaisir, je pointe vers Orion qui est encore bien visible à cette heure. Avec une belle mise au point on voit nettement le nuage et le trapèze à son centre. Jupiter vient d'apparaître à l'est, mais je garde le fils de Cronos et de Rhéa pour plus tard.

 

Aurélien nous rejoint et installe son Dobson. C'est le même tube que le mien un 250/1200 et il possède toute une variété d'oculaires.

 

Nous pointons le double amas de Persée NGC 884 et 8692 h 19,0 +57° 09' – Magnitudes 4,3 et 4,4. Comme nous l'explique Dominique leur proximité apparente n'est pas totalement fortuite. Âgés respectivement de 6 et de 12 millions d'années, ils sont nés du même nuage interstellaire. Le premier contient beaucoup de jeunes étoiles de type spectral B, autrement dit des géantes, alors que le second est fait essentiellement d'étoiles B blanches ou d'étoiles M rouges en phase de supergéantes. Compte tenu de leurs dimensions (autour de 1000 années-lumière chacun), environ 2000 années-lumière séparent réellement ces amas. Au 28 mm ils apparaissent ensemble et remplissent tout le champ de vision.

 

Après c'est au tour de M81 (la galaxie de Bode) et M82 (galaxie du Cigare) elles se situent dans la Grande Ourse et sont voisines toutes les deux. M81 est une galaxie spirale assez modeste de 60 000 AL mais bien visible puisqu'on la voit par le haut (ou par le bas ça dépend si vous êtes un optimiste ou pas). M82 - 9 h 55' 52'' +69° 40' 49'' – Magnitude +8,6 - est une galaxie irrégulière, elle se présente par la tranche. Dans le 28 mm, elles apparaissent bien côte à côte.

 

Alors, je décide de m'intéresser à Jupiter. Nous commençons par l'observation. Aurélien me prête un sympathique oculaire Planetary. On voit bien les bandes de nuages et les quatre satellites Galiléens. Ils sont tous alignés (voilà de quoi faire plaisir à Philou). Contrairement à la fois précédente, pas de grande tâche rouge. Elle se cache de l'autre côté. Nous zoomons un peu avec mes PLOSSL 6,3 puis 4 mm. Comme l'air est calme nous en profitons avec délectation. Fort de l'expérience précédente nous n'allons pas plus loin.

 

Jupiter étant maintenant assez haut dans le ciel, je décide de lui tirer le portrait. Pour commencer j'effectue un nouvel alignement afin d'avoir un meilleur suivi même si tout fonctionnait bien jusque là. Ensuite, je pointe sur Procyon et je fais une mise au point à l'écran de l'ordinateur grâce à un masque de Bahtinov. Aurélien est d'accord, la mise au point est bonne. Dominique est étonnée par notre installation. Jacques se bagarre avec sa monture, il n'avait fait qu'une mise en station rapide. Bref, l'ambiance est bonne. La température aussi, il doit faire encore 12 ou 13°C.

 

C'est parti pour des petits films de deux minutes. La rotation de Jupiter étant rapide, deux minutes est le maximum de temps de prise de vue. J'en fais plusieurs et chaque fois je modifie les réglages de gain, de luminosité, de contraste, d'images par seconde, etc, etc... Après l'écriture de ce CROA, je traiterai ces différents fichiers et si j'obtiens une belle photo je vous en ferai profiter.

 

Derrière moi, j'entends Aurélien et Dominique qui cherchent M105 dans le Lion. A l'est une Lune rouge écarlate se lève. Je mets fin à mes prises de vue et je les rejoints dans le Lion où nous cherchons le triplet (M65, M66 et NGC3628). En fait, j'affiche un doublet. C'est M95 et M96 - 10 h 46' 45'' +11° 49' 10'' – Magnitudes +9,7 et +9,2 - qui sont deux belles galaxies spirales. On voit bien les deux en même temps dans l'oculaire mais M105 est hors champ.

 

Retour au fantôme de Jupiter évoqué précédemment. Cette fois-ci, la nébuleuse planétaire apparaît clairement dans le 28 mm. Mais en y regardant de plus près avec le 9 mm c'est plus sombre. On discerne bien une plus grande tâche mais bien plus floue. Nous essayons avec le filtre UHC mais ce n'est pas très impressionnant. La prochaine fois j'essayerai avec le PERL XWA 20 mm qui est finalement arrivé ce matin par la poste. Avec celui-ci j'obtiendrai un grossissement de 60x mais en gardant un champ réel de 1°40'. Alors qu'avec le 28 mm je ne disposais que d'un grossissement de 43x pour un champ réel de 1°18'. (Ca c'est pour Dominique).

 

Pour finir cette belle soirée nous faisons honneur à notre voisine la Lune qui monte doucement dans le ciel et commence à inonder de sa clarté le ciel qui se voile tout doucement avec une petite brume nocturne.

 

Une heure du matin avait déjà sonné au clocher de Giraumont. Après le remballage du matériel ce fût un retour maison avec des étoiles plein les yeux et une température toujours d'environ 11°C. J'ai encore oublié de faire une photo de notre camp d'astronomie. La prochaine fois faites m'y penser. Vous auriez dû venir!

 

Bon ciel à tous.

 

Simon-Pierre.



Réagir


CAPTCHA