CROA du 6 avril 2018

 

Nous sommes le 6 avril, c'est une soirée Réunion / Observation au club Andromède. Mais c'est aussi une soirée de réunion pour le club CAASV. Malheureusement, pour ces derniers, Sébastien (le président du CAASV) a un empêchement. Du coup, après concertation avec Marc (président Andromède) et Sébastien, nous organisons une soirée commune Andromède - CAASV.

 

Les membres du CAASV sont invités à nous rejoindre ce soir à partir de 21h dans les locaux du club qui se situent dans les sous-sols du Château à Lassigny. La météo est prévue plutôt bonne. Est-ce que ce long hiver pluvieux nous quitte enfin ?

 

Après les nombreux messages envoyés sur WhatsApp, par mail, sur les forums des deux clubs tout est enfin prêt. Je me rends vers 20h30 chez Marc pour récupérer les clefs du club. Mais je suis retenu en otage ! Sa charmante épouse m'offre un bon café que ma gourmandise m'empêche de refuser. Gabriel, le petit dernier, me fait découvrir son magnifique casque de moto. Mais enfin, président de la moto à cet âge ! Vous n'y pensez pas ? Ouf, ce n'est qu'un jouet en plastique. Bon vous êtes pardonné cher président;)

 

Nous arrivons donc au club à 21h pétantes. Quelques personnes sont déjà là. Allons vite ouvrir. Je mets David (CAASV) à contribution pour porter les deux bouteilles de cidre que j'ai emporté. Je m'occupe du PC portable et des tartes aux pommes. Nous nous installons dans notre petit local. Petit mais accueillant ! Quelques membres du CAASV le découvrent et je me suis laissé dire qu'ils ont apprécié. J'en suis ravi, d'autant que c'était un peu le but.

 

Nous nous partageons les tâches avec Marc nous installons PC, projecteur et écran pendant que d'autres ouvrent les bouteilles de Champagne, coupent et distribuent les parts de tartes, sans oublier les madeleines maison de Dominique. Le régime en prend un coup !

 

Tout le monde est installé ? Alors, je commence ma petite conférence dont le sujet est : « Les saisons dans le système solaire ». J'ai affaire à un public sympathique de passionnés. Nous explorons une nouvelle fois les planètes voisines et les conditions météo qui y règnent. Merci à tous pour les applaudissements suite à ma présentation (là en revanche ce n'était pas le but recherché, mais ça fait bien plaisir quand même). J'espère que vous avez apprécié le thème et la façon dont il a été traité. Et puis, suivre une conférence au champagne, il y a pire, n'est-ce-pas ?

 

La nuit est tombée et nous partons tous en convoi vers notre site d'observation au sud de Lassigny vers le lieu-dit de Belval.

 

Nous nous installons presqu'en cercle. Il y a du beau monde. Dom et Marc installent le LX90 du club, Fabrice a un beau Schmidt-Cassegrain, on va trouver deux montures AZ-EQ6 et une Star Adventurer, etc... (Pardon, si j'en oublie). Je distribue à qui veut un dossier d'observation avec quelques cibles préétablies. Malheureusement, le ciel n'est pas top. Il y a quelques cirrus un peu tout autour. On voit quelques secteurs dégagés mais malgré tout un halo autour des étoiles nous laisse prédire un faible seeing. Qu'à cela ne tienne, je commence ma liste.

 

C'est parti avec NGC2841. C'est une galaxie spirale dans la grande Ourse. Elle a une magnitude de 9,3. C'est un peu faible pour les conditions du jour et je ne vois rien. J'ai pourtant un oculaire de 20mm XWA 100° de CA. Mais malgré cela je n'arrive pas à la discerner.

 

Soyons plus modeste. Je me dirige donc vers M81, la galaxie de Bode. Cette galaxie bien connue des astronomes amateurs se situe également à proximité de la grande Ourse. C'est une galaxie spirale relativement modeste de 60 000 années lumières mais qui possède une voisine : M82, la galaxie du Cigare. Celle-là est une galaxie irrégulière. Grâce à leur proximité et à mon oculaire XWA je place les deux dans le champ de vision. Cette fois-ci nous n'avons pas de mal à les discerner. Il faut dire que la magnitude de M81 est de 6,9, c'est quand même bien plus confortable. Un grand nombre de personnes vient mettre l'œil à l'oculaire. Le partage commence.

 

Après plusieurs minutes de contemplation, je quitte M81 pour aller visiter NGC3242, le Fantôme de Jupiter. Mais là encore, rien ! Je lève la tête et bien sûr quelques cirrus s'opposent à notre découverte. Il faut dire qu'avec une magnitude de 9, j'étais un peu orgueilleux.

 

J'évite M97, la nébuleuse du Hibou qui est sur ma liste mais que je sais ne pas découvrir avec sa magnitude de 11,2.

 

Donc, je choisi les amas globulaires et je commence par M53. C'est mieux. M53 est situé dans la Chevelure de Bérénice. Cet endroit est délaissé pas les nuages et la magnitude est de 7,7 alors profitons-en. Une nouvelle fois nous sommes plusieurs à le découvrir. Pendant les observations, les discussions vont bon train. On apprend et on instruit. J'en profite pour moi aussi aller jeter un coup d'œil dans les appareils des copains. M53 est à 58 000 AL de nous, donc je décide de m'en rapprocher un peu. Nous remplaçons le 20mm par un 9mm, toujours XWA. Avec ces conditions nous agrandissons une tache un peu floue. Pas moyen d'obtenir une meilleure résolution. Le passage au 9mm ne semble pas nous avoir fait perdre trop de luminosité. Alors, comme l'observation des amas semble être la meilleure option avec nos conditions nous partons vers...

 

M13, le grand amas d'Hercule. Cette fois-ci avec 5,9 de magnitude, ça flashe dans l'œilleton. Avec le 20mm l'amas est facilement discernable. Il faut dire que c'est un des objets les plus imposants du catalogue de Messier. Comportant plus de 500 000 étoiles, il apparaît avec un diamètre de 20 minutes d'arc, soit un diamètre réel de 150 AL. Avec ces caractéristiques, inutile de résister à l'envie de le regarder à travers l'oculaire de 9mm. On grossit 133 fois et cette-fois l'image reste nette. Les étoiles sont même résolues. C'est un plaisir pour les yeux. De nombreux oh, ah, c'est beau, fusent dans l'assistance.

 

Du coup, je suis tout fou et je remplace le 9mm par un 3,5mm tout neuf. Il est arrivé la semaine dernière et c'est la première fois qu'il se voit placé dans le porte-oculaire de mon SkyWatcher 254/1200. L'amas d'Hercule remplit tout le champ de vision malgré les 110° de CA. En revanche, ça reste assez flou. On s'en doutait. Pas moyen d'améliorer la netteté. Ça tremble un peu sous nos yeux et il suffit que quelqu'un mette un doigt sur le tube pour que les tremblements deviennent tempêtes. Ce n'est pas grave, le 3,5mm et le tube se connaissent maintenant.

 

Je retourne visiter d'autres scopes et en levant les yeux une nouvelle fois, nous découvrons que Jupiter se lève à l'horizon. Sans grand espoir nous pointons vers le maître des dieux antiques et comme prévu c'est dégoûtant. Jupiter reste une grosse tache floue. La planète est bien trop basse. En revanche, les satellites sont alignés comme à la parade. Io est d'un côté pendant qu'Europe, Ganymède et Callisto s'alignent dans l'ordre à l'opposé. Cela ferait plaisir à Philou qui est un grand défenseur de l'alignement des satellites Galiléens. Malheureusement, il n'est pas là ce soir pour contempler ce petit ballet.

 

Et voilà, après quelques nouvelles conversations, nous remballons le matériel pour rentrer retrouver nos familles qui dorment certainement depuis un petit moment. Il est une heure du matin, nous avons tenu jusque-là malgré des conditions plus que moyennes.

 

Merci à tous les participants ainsi qu'aux absents qui j'espère auront du plaisir à lire ces quelques lignes.

 

Bon ciel à tous.

 

Simon-Pierre.

 


Réagir


CAPTCHA