CROA du 15 mai 2018

 

Les Saints de glace ont bien tenu leur promesse cette année. Mais voici qu'après un bref sursaut de l'hiver, une éclaircie inattendue dégage le ciel Picard. Je lance donc deux invitations sur les groupes Whatsapp des clubs Andromède et CAASV. David (CAASV) répond positivement, nous serons donc deux à sortir ce soir.

 

Le rendez-vous est fixé une nouvelle fois à 21h30 et là encore, nous arrivons tous les deux en avance. Quelle motivation ! David travaille tôt demain, il est venu en « touriste » comme il dit et va donc m'aider à installer mon Newton 254/1200 sur sa monture AZ-EQ6.

 

Grosse galère au début. J'ai loupé ma mise en station et je n'arrive à rien. Après tâtonnement, je décide de tout reprendre à zéro et bien entendu ça va beaucoup mieux lorsque tout est nominal.

 

Nous avons commencé par regarder Vénus. Mais il est encore tôt et il y a beaucoup d'humidité dans l'air. La vue de ce phare ne nous donne pas beaucoup de plaisir. De plus, elle est presque pleine. Nous n'avons pas la chance de voir apparaître un joli croissant de Vénus.

 

Nous nous attaquons ensuite à la liste d'objets préétablie et nous commençons non loin de la Grande Ourse avec la galaxie de Bode (M81) - 9H55,6 + 69°04' – Magnitude 6,9. Je profite des 100° de CA de l'oculaire de 20mm pour placer M81 avec M82 la galaxie du Cigare dans notre champ visuel. La première est vue quasiment de face tandis que nous voyons l'autre par le flanc. Elles sont faciles à voir en vision directe. M81 possède un cœur très brillant au centre d'un large halo elliptique. Elle est proche de nous, puisque située à 8M d'AL. M82 galaxie irrégulière, prend la forme d'un fuseau très contrasté.

 

Puis nous tentons M12 – 16h47,2 – 1°57' – Magnitude 6,6 – amas globulaire situé dans la constellation Ophiuchus. Mais ce dernier est vraiment très bas. Avec l'humidité ambiante, la pollution lumineuse se renforce et ne nous permet pas de le discerner avec netteté. Nous ne voyons qu'une tache floue sans réel intérêt.

 

Remontons alors vers NGC4631 la galaxie de la Baleine – 12h42,1 +32°32'- située dans la constellation des Chiens de Chasse. Elle aussi est vue par la tranche. Elle est très vaste mais avec une magnitude apparente faible de 9,8. Là non plus, ce n'est pas fameux. J'ai un bien meilleur souvenir d'une sortie de l'année dernière (cf le CROA du 24 mars 2017). On la voit cependant mieux que l'amas globulaire précédent. Mais, il faut savoir qu'elle est là pour la discerner. On aperçoit cependant sa forme très allongée.

 

Alors, nous passons à un objet bien connu des astronomes amateurs : M57 – 18h53,6 + 33°02' - la Nébuleuse de la Lyre. Cette nébuleuse située dans la constellation du même nom est toujours un vrai plaisir à observer. Afin d'en profiter un peu plus, j'installe l'oculaire de 9mm sur le tube. Elle est bien présente sous nos yeux. On découvre cette tache ovale et on perçoit assez facilement l'anneau malgré une faible magnitude de 9.

 

Ce soir, le 9mm sera la plus petite focale utilisable, il y a également du vent en altitude. Vraiment les conditions ne sont pas fameuses. Forte humidité, vent, turbulences et le solstice qui approche. Heureusement, nous sommes des irréductibles !

 

Sans changer l'oculaire, nous plaçons le tube au zénith afin de profiter de la galaxie du Tourbillon (M51) – 13h30,0 +47°11'- magnitude 8,4. Située dans la constellation des Chiens de Chasse, nous ne sommes plus gênés ni par la pollution lumineuse ni par l'humidité. Nous voyons facilement les deux cœurs de galaxies qui se rapprochent et nous discernons également les spirales sous forme d'un halo plus évident autour du cœur principal. La soirée commence à devenir intéressante.

 

Passons à M3 – 13h42,2 +28°23' - qui est un amas globulaire toujours situé dans les Chiens de Chasse. Avec une magnitude de 6,4, aucun problème pour l'observer. C'est un amas dense et assez symétrique. On dirait une grosse boule lumineuse qui est large de 160 AL. C'est un des amas connu qui contient le plus grand nombre d'étoile, environ un demi million. Théoriquement visible à l'oeil nu, dans un instrument de 250mm de diamètre la vision est féérique.

 

Ensuite, nous sommes passés sur M13 - 16h41,7 +36°28'- magnitude 5,8 : le grand amas d'Hercule. Nous avons le même avis, c'est le plus beau. Moins dense que le précédent, mais comptant 500 000 étoiles quand même, il occupe une surface visuelle plus importante grâce à ses bras nombreux et élégants. Il apparaît avec un diamètre apparent de 20 minutes d'arc. Les étoiles sont résolues. David me propose d'essayer un filtre. Allons-y avec l'UHC ! Mais, c'est très décevant. Gardons-le en stock pour les nébuleuses.

 

Enfin, nous choisissons de finir notre soirée en compagnie de Jupiter. La planète s'approche du méridien. Elle ne montera pas plus haut que 25° ce soir. Les satellites sont alignés comme pour un défilé militaire. Marchent-ils au pas ? Je ne sais pas, mais le spectacle est merveilleux. Europe gravite seule à gauche du géant tandis que Io, Ganymède et Callisto, dans l'ordre, se partagent l'autre côté. Cette vision ferait plaisir à Philou. Comme nous arrivons à bien discerner deux bandes de nuages, nous décidons de faire quelques photos et je sors ma caméra planétaire ASI 224MC.

 

Nous finirons notre soirée comme ça à tirer le portrait de Juju. David me quittera vers une heure du matin tandis que je replierai tout le matériel une heure plus tard. Retour à la maison vers 2h30. Ouf !

 

Encore une belle soirée.

 

Simon-Pierre.

 

 

 


Réagir


CAPTCHA